Selon des études, plus de 80 % des femmes victimes de violence conjugale ont des problèmes de santé mentale ou de dépendance.* Lorsque ces problèmes ne sont pas directement reliés à un traumatisme, la démarche qui est souvent adoptée, c’est-à-dire biomédicale, ne tient pas compte des conséquences, sur le bien-être d’une femme, des traumatismes qui découlent de la maltraitance. Les professionnels de la santé mentale, des dépendances et des soins primaires ont commencé à se rendre compte que les soins tenant compte des traumatismes pouvaient accroître la probabilité d’obtenir de bons résultats chez la santé des femmes victimes de violence conjugale.

Les victimes de violence entre partenaires intimes obtiennent l’aide dont elles ont besoin de diverses manières. Cette trousse à outils aidera donc les fournisseurs de services à élaborer une approche fondée sur les traumatismes en utilisant des méthodes de dépistage adaptées; elle les aidera de plus à diriger les femmes concernées vers les services prenant en charge les victimes de violence conjugale ainsi que vers des services connexes.

*Renvoi : J. Barron, Women’s Aid: Guidance for Mental Health Professionals, 2005.


Leurs espoirs dans leurs propres mots
Cette trousse a été créée avec la participation de femmes qui ont vécu des expériences de violence conjugale. Elles espèrent d’ailleurs que ce projet permettra d’aboutir aux résultats suivants :

  • Les femmes voulant se faire aider ne perdent plus de temps à trouver des services adaptés, car tous les prestataires connaissent les services offerts dans la région en matière de traumatismes;
  • Tous les fournisseurs de services, quel que soit leur domaine, posent aux femmes des questions sur leurs antécédents en matière de violence conjugale;
  • Les professionnels des différents domaines comprennent que les problèmes de santé mentale et de dépendance sont souvent la conséquence directe d’actes de violence répétés;
  • La parole des femmes est crue et acceptée quant au stade auquel elles se trouvent dans leur rétablissement;
  • Les femmes subissent moins de blessures secondaires de la part des intervenants de première ligne en étant dirigées vers le service le mieux adapté dès le début du processus de rétablissement.
footer home people

Trousse à outils pour les traumatismes liés à la maltraitance

Guide à l’intention des professionnels des dépendances, de la santé mentale et des soins primaires
footer logo status women canadafooter logo canadafooter logo beausejourfooter logo couleur